Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de chezmel
  • : Bienvenue sur mon blog, je m’appelle Mélanie, 46 ans. Je vous partage mes passions tels que le scrap, la broderie, des DIY, la cuisine, mes voyages. Merci d'avoir pris le temps de visiter mon blog. Restez connecté en vous abonnant, commentez ça fait toujours plaisir. Je répondrais à toutes vos questions.
  • Contact

Profil

  • chezmel
  • je brode depuis 2002 et confectionne des carte depuis mai 2007
 
 je suis assistante maternelle
  • je brode depuis 2002 et confectionne des carte depuis mai 2007 je suis assistante maternelle

Ma chaîne youtube

Recherche

Compteur

<!-- vbr.fr Compteur gratuit //--><table border='0' cellpadding='0' cellspacing='0' style='position:relative; font-size:4px; display:inline;'><tr><td colspan='2'><a href='http://www.vbr.fr' id='cptx' target='_blank' title='compteur web'><img src='http://www.vbr.fr/images/chargement.gif' title='compteur' width='80' height='20' border='0'></a></td></tr><tr><td><script SRC='http://www.vbr.fr/jsClient_2.asp?xid=D9BD02EF-A73C-4230-8024-27E460629372&cpt=cpt12&u=20&zwidth=5&nbdepart=0&s=1'></script></td><td><font color='#B9B9B9'><u>Partenaires : </u></font><a href='http://www.lyad.com' title='rencontre' target='_blank'><font color='#B9B9B9'>rencontre</font></a> - <a href='http://www.immobilier.fr' title='immobilier' target='_blank'><font color='#B9B9B9'>immobilier</font></a></td></tr></table>

Depuis le 3 janvier 2008
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 11:15
Histoire du carnaval de Dunkerque

DUNKERQUE, début du XVIIe siècle. Ici, on parle le flamand ; Louis XIV n’achètera la ville qu’en 1662. D’ici, des pêcheurs partent pour l’Islande. Ces expéditions durent six mois et sont risquées. De nombreux hommes n’en reviennent jamais, laissant veuves et orphelins.
Face à ce danger, les armateurs paient aux pêcheurs une partie de leur solde avant le départ. Une assurance pour les familles. Les marins profitent aussi d’une fête, que l’armateur finance en partie.


« Visschersbende »

Une année, le départ pour l’Islande et les réjouissances qui l’accompagnent coïncident avec les jours gras, qui précèdent le Carême. Dès lors, les marins se masquent, se déguisent. La visschersbende, au sens carnavalesque du mot, est née. Au XVIIIe siècle, cette « bande des pêcheurs » s’ouvre aux familles des marins, puis au reste de la société.
Au début du XIXe siècle, apparaissent, en marge du défilé, les bals nocturnes. Des associations philanthropiques les organisent afin de récolter des fonds pour les veuves et les orphelins des pêcheurs. La période de fête s’allonge, pour dépasser la seule période des jours gras. Mais l’activité de pêche à la morue décline à la fin du XIXe et, avec elle, la bande des pêcheurs ; seuls les bals gardent leur succès.
C’est en 1906, sous l’impulsion de la municipalité et d’associations, que la dynamique du carnaval de rue est relancée. Annulée ensuite pendant les deux guerres, la bande renaît à chaque fois. En 1946, le défilé slalome entre les ruines d’une ville détruite. Même en 1991, interdit pour cause de guerre du Golfe, le carnaval survit encore : une « bande annulée » s’improvise à Saint-Pol puis à Dunkerque.
Peu importe les circonstances, il y aura toujours des résistants !
 



Les mots du carnaval

Avant-bande - aprés-bande : l'équivalent des « before » ou « after » parties des soirées branchées. Parce qu'avant l'heure du carnaval, c'est déjà le carnaval et qu'après, ça l'est encore ! 

La bande :
le cortège, qu’on perd quand on s’attarde dans les chapelles. 

Les berguenaeres :
les parapluies. Souvent aux couleurs des sociétés carnavalesques, ils sont indissociables des premières lignes de la bande. 

Beurt'che :
petit tour avec une fille et, par extension, petit tour dans la bande. 

Brouck :
pantalon 

Chahut :
dans les bandes, moment où les premières lignes retiennent en se serrant les coudes l'avancée des masquelours. 

Chapelle :
étape chez un carnavaleux où l'on boit et l'on mange en costume avant de rejoindre le bal. Un carnavaleux qui ouvre ainsi les portes de chez lui «fait chapelle».

Le clet’che :
le déguisement de carnavaleux. 

Co-Schlock :
tambour-major de la bande des pêcheurs 

Deckeneuze :
faux nez en carton 

«Dur la peste» :
très dur. Expression qui s’entend parfois quand les premières lignes font la pause. Peste se décline aussi dans «puer la peste». 

Les figuemans :
figures du carnaval dunkerquois, qui tendent malheureusement à disparaître. Ils se promènent au milieu de la bande une canne à pêche à la main et mettent sous le nez des masques et des passants, un « z’hareng » bien odorant. 

Les kippers ou sprats :
des poissons séchés. Le kipper est un hareng ; le sprat, un petit poisson plat. 

Les masques ou masqueloures : 
les carnavaleux déguisés. 

Méconable : « méconnaissable » en dunkerquois. 

Un nèche :
une personne un peu sotte ou mollassonne. 

La pinte :
le demi de bière. 

Le plumeau ou plumt’che :
les carnavaleux s’en servent pour chatouiller les passants et les autres masques. 

Le podingue :
le pudding, dessert traditionnel dans les chapelles (les endroits chez l’habitant ou dans les cafés où l’on se restaure). Le podingue est fait avec des corinthes (des raisins secs). 

Rigodon :
chahut qui termine le défilé dunkerquois sur la place Jean Bart. Les carnavaleu chantent alors la Cantate à Jean Bart, traditionnellement un genou à terre et le chapeau sur le coeur. 

Les Reuzes :
les géants du carnaval dunkerquois. 

Les tet’ches :
les seins. 

Trois joyeuses :
les trois jours où le carnaval dunkerquois bat son plein. Dimanche, lundi et mardi-gras. 

Visschersbende :
en flamand, littéralement, la bande des pêcheurs. Le vrai nom de la bande de Dunkerque. 

Le wiche ou piche :
le sexe masculin. 

Un zô ou un zôt’che :
un baiser ou un petit baiser. Ne pas se formaliser si on vous en réclame un dans la bande. 



Mes habits de carnavaleux


L chapeau à fleur




Le Kipper






La fausse poitrine






Le manteau de fourrure






La jupe et les collants .... et les chaussures armées !!!


 



Le berguenaere (ou parapluie)

Partager cet article
Repost0

commentaires